Les troubles

| Par Dyspossible Lavaur |

1. Troubles spécifiques des apprentissages

Selon la classification DSM-5, les troubles des apprentissages se définissent comme des difficultés d’apprentissages et d’utilisation des habiletés académiques, manifestées par au moins un des symptômes suivants, qui persistent depuis au moins 6 mois malgré des interventions spécifiques pour améliorer ces difficultés:

  • Inefficacité ou lenteur et effort dans la lecture des mots
  • Difficultés à comprendre le sens de ce qui est lu
  • Difficultés d’orthographe
  • Difficultés d’expression écrite
  • Difficultés à comprendre le sens du nombre, les faits mathématiques ou le calcul
  • Difficultés de raisonnement mathématique

Les habiletés académiques s’entendent en fonction de l’âge chronologique de l’enfant, et sont affectées de façon quantifiable et significative, en utilisant des tests standardisés.
Les difficultés affectent la performance scolaire et occupationnelle, ou les activités de la vie courante.
Les difficultés débutent durant les premières années scolaires, mais on peut mieux les observer lorsque les demandes dépassent les capacités des individus.
Les difficultés ne sont pas mieux expliquées par une déficience intellectuelle, des difficultés visuelles ou auditives, un trouble neurologique ou mental, de l’adversité psychosociale, des difficultés dans la langue d’enseignement ou un mauvais enseignement.

En gros, il faut donc que la gêne soit réelle, quantifiable, durable dans le temps, et qu’on ne puisse pas l’expliquer.

2. Dyscalculie

La dyscalculie est un trouble du langage écrit, qui porte plus spécifiquement sur les chiffres et le calcul.

Rarement isolée elle est fréquemment associée à une dyslexie ou à une dyspraxie.

Quelques signes :

  • Difficultés de mémorisation des faits arithmétiques
  • Difficultés à évaluer de petites quantités
  • Difficultés à comprendre le sens des nombres, les notions de “supérieur à” et “inférieur à
  • Difficultés d’apprentissage des tables d’addition et de multiplication, d’utilisation de retenues
  • Difficulté à comprendre certaines formulations de problèmes
  • Difficulté (ou incapacité) à compter spontanément sur ses doigts

3. Dysgraphie

Il s’agit d’un trouble du langage écrit caractérisé par une lenteur importante dans la réalisation des productions graphiques et écrites, ou une malformation des lettres.

Quelques signes :

  • Difficultés persistantes dans la reproduction de formes
  • Fatigue pour recopier un texte
  • Difficultés pour écrire les lettres, écriture manuelle lente et malhabile
  • Lenteur
  • Refus d’écrire
  • Aspect brouillon, peu soigneux du travail

4. Dyslexie

C’est le trouble spécifique de la lecture, qui selon DSM5 peut donc regrouper des difficultés dans la lecture des mots, ou des difficultés de compréhension de ce qui est lu.

Quelques signes évocateurs:

  • Difficulté à différencier les sons, les lettres comme le « b » et le « p », l’ordre de succession des lettres ou syllabes
  • Fatigabilité
  • Lorsqu’il lit ou écrit, fait des répétitions, des substitutions, des omissions, des additions, des transpositions et des inversions de lettres, de chiffres et/ou de mots.
  • Gêne par le bruit qui perturbe la concentration
  • Difficultés à lire, déchiffrage laborieux
  • Lit et relit en ayant du mal à comprendre
  • Se croit bête. A peu d’estime de soi.
  • Meilleures performances à l’oral qu’à l’écrit
  • Apprentissage normal

Certains troubles peuvent être associés comme le retard de langage et de la parole, troubles du regard par exemple balayage, saccades

5. Dysphasie

Trouble du langage oral affectant l’expression orale, et/ou la compréhension.

Quelques signes :

  • Troubles de l’élocution
  • Troubles de l’évocation
  • Langage non informatif
  • Syntaxe erronée
  • Langage spontané réduit
  • Difficulté de compréhension
  • Désir de communiquer
  • Motivation à apprendre

6. Dysorthographie

La dysorthographie se définie comme un trouble d’acquisition des règles orthographiques. Il s’agit d’un trouble du langage écrit.

On parle souvent de dyslexie-dysorthographie comme une association quasi constante

Quelques signes :

  • Saut de lettres
  • Erreurs de copie
  • Mauvaise segmentation des mots
  • Ecriture phonétique
  • Difficultés pour retenir les mots d’usage courant
  • Difficultés pour retenir les règles d’accord
  • fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire, et d’analyse

7. Dyspraxie

Il s’agit d’un trouble de la planification entraînant un défaut d’automatisation des gestes.

Le DSM-5 parle de trouble d’acquisition de la coordination (ou TAC)

Quelques signes :

  • Désintérêt voire refus des jeux faisant appel à la construction, au dessin
  • Vivacité d’esprit à l’oral
  • Difficultés pour l’habillage
  • Difficultés dans le graphisme
  • Cahiers cornés, déchirés
  • Difficultés pour écrire les lettres, écriture manuelle lente et malhabile (dysgraphie)
  • Difficultés à manipuler les outils : ciseaux, règle, compas
  • Difficultés à reconnaître l’endroit de l’envers d’un vêtement
  • Chambre, bureau, et casier non rangés
  • A du mal à faire ses lacets
  • Fatigue pour recopier un texte
  • Difficultés pour les repas (couper la viande, …)
  • Problème d’intégration dans un groupe, mise à l’écart, souffre douleur

8. TDA / H

Le trouble du déficit attentionnel (TDA/H) avec ou sans hyperactivité est un trouble neurodéveloppemental.
Il peut être à prédominance inattention, hyperactivité-impulsivité, ou mixte.

Quelques signes :

  • Distractibilité importante
  • Enfant inattentif
  • Tous les apprentissages sont difficiles
  • Enfant qui n’apprend pas de ses erreurs
  • Enfant qui oublie une part des consignes, ou oublie les consignes en cours d’exercice
  • Gesticule sur sa chaise, bouge beaucoup
  • Interrompt les conversations
  • A du mal à attendre son tour
  • Fait des fautes d’inattention
  • Difficultés d’organisation

9. Haut potentiel

L’enfant à haut potentiel, le surdoué, le zèbre, l’APIE, l’EIP… autant de termes ou sigles qui désignent le même enfant…

Il s’agit d’un fonctionnement intellectuel différent, avec une hypersensibilité, une pensée particulière (en arborescence), une fulgurance de la pensée…

Bien que le Haut Potentiel ne soit pas un trouble des apprentissages, il existe une co-morbidité avec les TSA… en effet, il n’est pas rare que l’enfant HP soit également dyspraxique, ou TDA, ou dyslexique…

Quelques signes:

  • Développement précoce du langage, ou alors a parlé tard mais d’emblée en construisant des phrases
  • Apprend à lire seul avant le CP, ou sait lire dès le premier trimestre de CP
  • Mémoire étonnante
  • Discute souvent les ordres des parents, surtout pour les tâches répétitives (la douche, le brossage des dents…)
  • Sens aigu de la justice
  • Passions pour les dinosaures, l’Egypte ancienne…
  • A l’aise avec les adultes

Ressource : http://www.ugodys.fr/